Une parcelle d'Inde

Le curcuma : un allié épicé pour notre santé

4 mai 2012


27 juin 2010 par emmanuelle frainaud
Article trouvé sur : http://emmanuelle-frainaud.suite101.fr/le-curcuma-un-allie-epice-pour-notre-sante-a14448


Le curcuma contient plus d’une douzaine de composés phénoliques appelés "curcuminoïdes" qui produisent différents effets bénéfiques pour notre santé. Ils fonctionnent comme de puissants antioxydants, une propriété significative à la lumière des nouvelles recherches suggérant que l’un d’entre eux, la curcumine, a d’importantes propriétés anticancéreuses et serait efficace pour prévenir la maladie d'Alzheimer et en ralentir la progression.

Autrefois appelé "le safran du pauvre", le curcuma est le rhizome d'une plante originaire d'Asie du Sud de la même famille que le gingembre. Utilisé en médecine traditionnelle, notamment en Inde, pour traiter les problèmes gastro-intestinaux, les inflammations, infections et rhumes, il est aujourd'hui reconnu pour ses effets protecteurs contre les dommages des radicaux libres (d'après une étude, le curcuma se situe au 5e rang parmi plus de 1 000 aliments quant à son contenu en antioxydants) et son action anti-inflammatoire. Déjà mentionné dans un herbier assyrien datant d’environ 600 ans avant Jésus-Christ, le curcuma est également cité dans le traité du célèbre médecin grec Dioscoride, Sur la matière médicale.


Les effets bénéfiques du curcuma sur la maladie d'Alzheimer

Maladie neurodégénérative touchant principalement les personnes âgées de plus de 70 ans, la maladie d'Alzheimer "attaque" les neurones et entraîne de graves troubles de la mémoire et des fonctions intellectuelles. Son origine et ses causes restent en partie inconnues.

Sheril Daniel et ses collègues de l’université de Rhodes en Afrique du Sud ont étudié l’action de la curcumine sur des rats génétiquement modifiés développant des maladies neurodégénératives. Ils ont constaté que l’effet antioxydant protégeait le cerveau et réduisait les risques de lésions neurodégénératives. Sheril Daniel a montré que la curcumine préservait particulièrement les cellules nerveuses de l’hippocampe, qui sont en général les premières à être touchées.

Les travaux de Sheril Daniel, publiés dans la revue Journal of Inorganic Biochemistry, ouvrent la voie à de nouvelles recherches pour lutter contre la maladie d’Alzheimer

D'autres recherches ont mis en évidence les qualités potentielles de la curcumine à inhiber l'incidence et la propagation de certains cancers


Premiers résultats chez les souris

Plusieurs études menées sur des souris porteuses d'un gène défaillant entraînant le développement de tumeurs intestinales ont montré que la prise de curcuma induit une réduction des tumeurs de 60 %, comparée aux souris témoins qui n'ont pas été traitées.


Résultats chez l'homme

Les premières études menées sur des patients en hôpital donnent des résultats significatifs.

En 2007, il a été mis en route vingt-deux études de phase I et II sur des patients atteints de cancer. Dans une étude menée sur des patients atteints de cancer du pancréas, la prise de curcuma a permis de constater, sur vingt-deux personnes, la diminution de 73 % de la tumeur chez un patient, la stabilisation de l’état chez quatre autres ou l’allongement de plus de deux ans chez un patient dont l’espérance de vie ne pronostiquait pas un temps si long.

Une autre étude menée au centre anticancer John Hopkins de Baltimore a montré que la prise de curcuma avec de la quercétine, un flavonoïde présent dans les pommes, pouvait réduire de 60 % la croissance des cellules cancéreuses dans le cas d’un cancer colorectal.

Par ailleurs, d’autres études montrent également tout le bénéfice du curcuma en prévention du cancer et dans la prévention de la résistance des cellules aux chimiothérapies et aux radiations.

Outre son efficacité sur le cancer et la maladie d'Alzheimer, le curcuma pourrait prévenir l'apparition d'athérosclérose et autres facteurs de risques liés aux maladies cardio-vasculaires et réduire les troubles gastro-intestinaux. Certaines études ont également démontré un effet hépatoprotecteur du curcuma in vitro et chez l’animal, mais aucune donnée chez l’humain n’est disponible actuellement. Le docteur David Servan-Schreiber a publié un article le 29 avril 2008 dans le Journal of National Institut retraçant l'ensemble des recherches effectuées sur les vertues du curcuma.


Consommation du curcuma

Pour profiter au maximum des propriétés du curcuma, il est souhaitable de l'incorporer aux plats cuisinés en l'ajoutant à de l'huile végétale, car cette épice est surtout soluble dans les corps gras. De plus, la curcumine étant faiblement absorbée par l'intestin, il est important de la consommer avec du poivre. En effet, la pipérine, molécule active présente dans le poivre, augmente son absorption de 154 %. 






Ajouter votre commentaire

Nom
Commentaire
Le curcuma : un allié épicé pour notre santé
4 mai 2012

Une poudre d'or jaune aux mille et une vertus.
Le cari, une épice pour soulager les troubles digestifs
3 mai 2012

Le cari est une plante qui rentre dans la composition du fameux curry. Elle est réputée comme fortifiant gastrique et tonifiant du métabolisme.
Les bienfaits des épices indiennes
2 mai 2012

Par Mona Sishodia, présentatrice sur Ehow.com (Video trouvé sur Ehow.com en anglais seulement)
Usages et bienfaits des épices
1er mai 2012

Curcuma, piment d'Espelette, gingembre, poivre cubèbe, vanille, anis entrent dans la composition de multiples recettes tout en étant bons pour notre santé.
© Groupe d'Alimentation MTY Inc.     Création StarWeb Solution